Soupçons de financement libyen : Nicolas Sarkozy mis en examen pour recel de subornation de témoin et participation à une association de malfaiteurs

0
28

Nicolas Sarkozy est accusé de manière plus sérieuse dans l'affaire du financement libyen. Après une longue période d'interrogatoire, il a été mis en examen, ce qui pourrait éventuellement le conduire à un nouveau procès.

D'après Les Echos

La décision de la justice est claire : Nicolas Sarkozy a été officiellement inculpé deux fois ce vendredi dans le cadre de l'enquête sur des actions frauduleuses visant à le disculper des accusations de financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007, selon une source judiciaire citée par l'AFP.

Selon cette information, l'ancien président a été formellement accusé de complicité de subornation de témoin, en relation avec le retrait des accusations de l'intermédiaire Ziad Takieddine contre lui à la fin de l'année 2020, ainsi que de participation à une organisation criminelle dans le but de commettre l'infraction d'escroquerie en bande organisée. Les avocats de Nicolas Sarkozy, Me Jean-Michel Darrois et Christophe Ingrain, ont déclaré que l'ancien président était déterminé à faire valoir ses droits, à établir la vérité et à défendre son honneur, suite à l'annonce de sa mise en examen.

Envisageant un nouveau procès

Cette décision ouvre la possibilité d'un éventuel nouveau procès pour l'ancien président. Elle a été prise après environ trente heures d'interrogatoire mené par deux magistrats spécialisés dans les affaires financières, chargés de cette enquête ouverte en mai 2021. En inculpant l'ancien président, les juges indiquent qu'ils estiment avoir suffisamment d'indices sérieux ou concordants concernant sa participation aux manœuvres élaborées par au moins neuf autres personnes impliquées à différents degrés.

Autre article à lire:

Procès demandé contre Nicolas Sarkozy pour le financement libyen.

Parmi les personnes impliquées, on retrouve Mimi Marchand, une célèbre paparazzi, Noël Dubus, connu pour avoir été condamné pour escroquerie, ainsi que David Layani, un puissant chef d'entreprise. Les poursuites contre Pierre Reynaud, décédé en mai, sont désormais éteintes.

Pratiques illégales

Le groupe aurait initié une première action en obtenant la rétractation des accusations contre Nicolas Sarkozy de la part de Ziad Takieddine, un intermédiaire franco-libanais controversé, à la fin de l'année 2020, en échange d'une éventuelle rémunération. Cette volte-face a été largement médiatisée lors d'une interview retentissante diffusée sur BFMTV et Paris Match, ce qui a été le point de départ de l'enquête.

En savoir plus:

La justice a rejeté toutes les demandes du camp Sarkozy concernant le financement libyen.

Ensuite, au cours du premier semestre de 2021, certains des individus impliqués auraient essayé de trouver une preuve que le document libyen, publié par Mediapart entre les deux tours de l'élection présidentielle de 2012, et mentionnant un financement de 50 millions d'euros, était en fait un faux. Certains acteurs de cette opération sont également suspectés d'avoir tenté de corrompre des juges libanais pour obtenir la libération d'un fils de Kadhafi détenu dans ce pays, dans le but de faciliter l'exonération de l'ancien président de toute responsabilité, par le biais de la famille du défunt dictateur libyen.

Selon une estimation récente des enquêteurs, il est possible que le montant total utilisé pour l'opération s'élève à au moins 608 000 euros. Cependant, les personnes impliquées contestent les accusations de fraude.

En juin, lors de son interrogatoire par les enquêteurs de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff), qui se concentrent sur les affaires financières, l'ancien président a admis avoir été informé par Mimi Marchand en octobre 2020, un mois avant que cette information ne devienne publique, que Ziad Takieddine souhaitait changer sa version des faits.

Aussi, n'oubliez pas de consulter notre dossier sur la confrontation entre Nicolas Sarkozy et le système judiciaire

Cependant, d'après les informations révélées par Libération et consultées par l'AFP, Nicolas Sarkozy a affirmé que l'idée qu'il puisse encourager directement ou indirectement le financement des pieds nickelés est complètement absurde. Il a assuré qu'il n'y a aucun élément concret ou matériel, comme des enregistrements téléphoniques, qui pourrait l'incriminer dans cette histoire, que ce soit de près ou de loin. L'ancien chef de l'Etat a donné sa garantie à ce sujet.

Lors de son interrogatoire approfondi concernant son agenda et ses appels téléphoniques à la fin de 2020 et au début de 2021, qui suggèrent des rendez-vous ou des conversations avec des personnes clés du dossier, Nicolas Sarkozy a mentionné quelques "coïncidences" mais a nié tout contact important. Selon lui, "toute cette groupe de personnes ne cherche qu'à se vanter les uns par rapport aux autres" en prétendant être en contact avec lui.

La décision des magistrats ajoutera de nouvelles charges à l'agenda déjà rempli de Nicolas Sarkozy pour la rentrée judiciaire. Ce dernier sera présent samedi matin à Neuilly-sur-Seine pour promouvoir son dernier livre intitulé "Le temps des combats". Malgré les différentes affaires judiciaires auxquelles il est confronté, l'ancien chef d'État souhaite toujours exercer une influence sur la droite. Il a récemment perturbé la rentrée politique des Républicains en apportant son soutien ouvertement à Gérald Darmanin, actuel ministre de l'Intérieur, qui ne cache pas ses ambitions présidentielles.

Autre lecture intéressante:

Nicolas Sarkozy plaide en vain pour une alliance entre Les Républicains et Emmanuel Macron.

Analyse – Les activités de Les Républicains perturbées par le soutien de Nicolas Sarkozy à Gérald Darmanin.

En plus du procès du financement libyen, qui devrait commencer début 2025, Nicolas Sarkozy sera jugé en novembre en appel dans l'affaire Bygmalion. Il est possible qu'une nouvelle affaire, appelée "Bismuth", fasse l'objet d'un nouveau procès, pour des raisons liées aux procédures.

Article provenant

Le journal Les Echos

Comment s'adapter dans un environnement complexe ?

Nos vidéos

Pourquoi y a-t-il tant de migrants qui se dirigent vers la frontière slovaque ?

Les images satellites révèlent comment la population du Haut-Karabakh a diminué.

Un groupe de migrants essaie de rejoindre la frontière entre le Mexique et les États-Unis.

Pourquoi la Chine a-t-elle financé le premier train à grande vitesse indonésien ?

Les articles les plus lus

SONDAGE – L'Observatoire politique Elabe "Les Echos"

Sarkozy confronté à la justice

La crise du logement met la majorité en agitation.

En vedette

La France bloque l'acquisition de deux fournisseurs clés de l'armée et d'EDF pour le nucléaire.

Renault s'associe à Volvo pour produire des véhicules utilitaires électriques.

Varsovie et Budapest s'opposent inutilement à la réforme migratoire de l'Union européenne.

Politique

Sarkozy confronté à la justice

Soupçons de financement libyen : Nicolas Sarkozy est doublement mis en examen.

L'Assemblée nationale vote en faveur de l'identité numérique sans lever l'anonymat.

Pratique

Services

La Formation

Tous les droits sont réservés par Les Echos en 2023.