Restrictions imposées à l’utilisation du prosulfocarbe, le deuxième herbicide le plus vendu en France

0
67

L'Anses a pris des mesures immédiates pour limiter l'utilisation du prosulfocarbe, le deuxième herbicide le plus vendu en France, en raison de sa volatilité croissante. L'agence n'exclut pas la possibilité de dépassement des seuils de sécurité pour les enfants dans certaines situations.

Par Muryel Jacque

Il est peu connu, contrairement au glyphosate qui est largement médiatisé, mais le prosulfocarbe pourrait susciter de sérieuses polémiques. En seulement quelques années, il est devenu le deuxième herbicide le plus utilisé en France, avec 6 500 tonnes vendues en 2021.

Suite à une nouvelle analyse des dangers pour la santé des individus, en particulier ceux qui vivent près des zones agricoles, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a déclaré aujourd'hui qu'elle renforcerait de manière sans précédent les conditions d'utilisation des produits agricoles par les agriculteurs.

Dommage économique

En juillet 2022, l'association Atmo a mesuré des niveaux de concentration extrêmement élevés dans l'air de la grande plaine céréalière d'Aunis, située près de La Rochelle. En conséquence, certains élus ont demandé un arrêt temporaire de son utilisation, ce qui a conduit le ministère de l'Agriculture à consulter des experts afin d'obtenir un avis scientifique.

Autre article à consulter:

Conséquences pour l'Etat suite à l'utilisation des pesticides et la biodiversité.

Avant cela, l'Agence avait été informée d'un autre cas : la détection de restes de ce pesticide très volatil utilisé pour traiter les cultures de blé, d'orge, de pommes de terre ou de carottes, dans des cultures voisines qui n'étaient pas censées en être affectées, telles que les pommiers ou le sarrasin. Les producteurs biologiques s'étaient particulièrement inquiétés après avoir constaté la contamination de leurs récoltes, et certains agriculteurs avaient même subi des pertes totales.

Selon les experts de l'Anses, il n'y a aucun risque pour la santé lié à la consommation de ces récoltes. Cependant, ils mettent en évidence que le principal dommage concerne l'aspect économique.

Cependant, elle ne peut pas rejeter la possibilité que les enfants se trouvant à moins de 10 mètres de la culture soient exposés à des niveaux dangereux de produits chimiques par voie cutanée lors des traitements. Selon l'association Générations Futures, ces enfants pourraient être exposés à des doses jusqu'à cinq fois supérieures aux valeurs de référence en matière de toxicologie, ce qui est très préoccupant. L'association se demande pourquoi ce risque n'a pas été identifié plus tôt.

Consultez également:

Un guide complet sur les pesticides en France

AVIS – Glyphosate : débarrasser l'agriculture des produits chimiques

Le prosulfocarbe, tout comme le glyphosate, n'est pas considéré comme cancérigène, mutagène ou reprotoxique (CMR). Cependant, il peut provoquer des réactions allergiques sur la peau et présente des risques en cas d'ingestion. L'Anses reconnaît que très peu d'études académiques ont été réalisées sur ses effets sanitaires, car son utilisation relativement récente – elle a connu une croissance importante à partir des années 2010 – limite encore les recherches épidémiologiques.

Afin de garantir la sécurité des habitations, l'agence de sécurité sanitaire a décidé de modifier les conditions d'utilisation du prosulfocarbe. Les doses minimales de ce produit utilisé par hectare devront être réduites d'au moins 40% (et jusqu'à -47%) dès maintenant.

En plus de cela, les agriculteurs devront utiliser un équipement efficace pour limiter au maximum la dispersion du produit en dehors des zones traitées. De plus, ils devront maintenir une distance de sécurité de 10 mètres par rapport aux zones résidentielles (et de 20 mètres en l'absence d'un équipement approprié), au lieu des 5 mètres actuels.

D'ici fin juin 2024, les sociétés qui possèdent des autorisations pour commercialiser l'herbicide devront prouver que les nouvelles conditions d'utilisation réduisent effectivement l'exposition des personnes vivant à proximité. Si aucune preuve convaincante n'est fournie, les autorisations seront immédiatement révoquées, prévient l'agence.

Il est important de souligner que le prosulfocarbe a constitué environ 15 % de toutes les substances actives vendues en France en 2021, à l'exception des produits de biocontrôle ou applicables en bio, d'après l'Inrae. Les ventes ont augmenté d'environ 14 % en 2022.

Muryel Jacque

Quelles sont les clés pour s'adapter dans un environnement complexe ?

Nos vidéos

Pourquoi la Chine a financé le premier train à grande vitesse indonésien ?

Taïwan présente son tout premier sous-marin construit sur l'île

Les habitants arméniens du Haut-Karabakh fuient massivement la région

D'anciens tunnels d'espions à Londres pourraient devenir une attraction touristique

Les articles les plus lus

Changements au 1er octobre : gaz, aides au logement, sel dans le pain…

Un plan pour planter des dizaines de milliers de kilomètres de haies

Seulement un enseignant sur quatre se porte volontaire pour les nouvelles missions

En vedette

Télétravail : les Français sont les champions d'Europe de la présence au bureau

Échec du gouvernement sur l'accueil de la petite enfance dans le cadre de la loi "plein-emploi"

Pourquoi les Français continuent d'être déçus par la réforme des retraites

Société

L'ascenseur social pour les jeunes est en panne

Guy Wildenstein risque une peine de prison ferme et une amende de 250 millions d'euros pour fraude fiscale

Le deuxième herbicide le plus vendu en France est sous les projecteurs

Pratique

P

L'Ensemble

Tous les droits sont réservés par Les Echos pour l'année 2023.