Punaises de lit : la Mairie de Paris appelle à un plan de lutte national pour préserver les foyers modestes

0
84

La Mairie de Paris, dirigée par Anne Hidalgo, demande un plan de lutte national contre les punaises de lit. Le premier adjoint de la maire souhaite que les assurances habitation prennent en charge les frais liés à l'élimination de ces parasites, afin d'éviter que les personnes les plus défavorisées ne renoncent à traiter leur logement faute de moyens financiers. De son côté, le ministre des Transports appelle les opérateurs à prendre des mesures pour résoudre ce problème.

Selon Les Echos

Considéré comme un problème social majeur, susceptible d'être politisé ou perçu comme une psychose collective, cette situation pousse les autorités publiques à intervenir pour apaiser les tensions. Les témoignages de découverte de punaises de lit, que ce soit dans des endroits privés ou publics, se multiplient sur les réseaux sociaux et dans les médias, poussant ainsi les responsables politiques à réagir.

Emmanuel Grégoire, premier adjoint de la maire de Paris, a envoyé une lettre à la Première ministre, Elisabeth Borne, dans laquelle il demande à l'Etat d'organiser des « assises de la lutte contre les nuisibles ». Selon lui, il serait judicieux d'inclure la menace d'une infestation de punaises de lit dans les contrats d'assurance habitation.

Lors d'une réunion des opérateurs de transport, Emmanuel Grégoire a souligné le coût élevé du traitement d'un logement. Il a mentionné que certaines personnes renoncent à traiter leur appartement, ce qui entraîne la propagation des nuisibles aux logements voisins. L'adjoint à la mairie a insisté sur la nécessité d'entamer un dialogue avec les assureurs afin de surmonter cette contrainte financière.

Lisez également:

LE SUJET DU JOUR POLITIQUE – Incroyable, mais que discutent les hommes politiques ?

Une investigation – Le fléau des insectes de lit

Le ministre des Transports, Clément Beaune, a annoncé sur X (anciennement Twitter) qu'il convoquera «la semaine prochaine les opérateurs de transport, afin de les informer des mesures prises et d'agir davantage pour le bien-être des voyageurs. Dans le but de rassurer et de protéger». Plusieurs vidéos virales circulant sur les réseaux sociaux montrent de petits insectes – les utilisateurs affirment qu'il s'agit de punaises de lit, bien que l'identification soit souvent difficile en raison de la qualité des images – présents dans les trains de la SNCF ou dans les transports en commun parisiens.

La SNCF a nié avoir reçu des signalements d'infestation dans ses trains. Les punaises de lit, qui avaient disparu de la vie quotidienne dans les années 1950, sont réapparues en grand nombre au cours des trente dernières années dans de nombreux pays développés. En France, ces parasites ont envahi plus de dix pour cent des foyers au cours des dernières années, indépendamment du niveau de revenus.

Le journal Les Echos

Nos Contenus Vidéos

Taïwan présente son tout premier sous-marin fabriqué localement

Une grande migration des Arméniens du Haut-Karabakh hors de la région

Les tunnels historiques des services secrets de Londres pourraient devenir une attraction touristique

4 informations essentielles sur les chars américains Abrams livrés à l'Ukraine

Les articles les plus consultés

Infographie

Élections sénatoriales de 2023 : ce que vous devez savoir

La majorité de droite et du centre se renforce au Sénat

Accord entre le gouvernement et les députés Les Républicains sur la réforme du RSA

En première page

Certaines communes augmentent la taxe d'habitation sur les résidences secondaires

Les hôteliers franciliens indignés par le triplement de la taxe de séjour dans le secteur touristique

Changements à partir du 1er octobre : gaz, aides au logement, ajout de sel dans le pain

Politique

Les députés adoptent une nouvelle forme de sanction dans le cadre de la réforme du RSA

La Mairie de Paris demande un plan de lutte national contre les punaises de lit

De quoi parlent les politiques ? Les punaises, mais pas que !

Pratique

P

L'ensemble

Ce document est protégé par les droits d'auteur et est la propriété exclusive des Echos jusqu'en