Réformer l’école : Gabriel Attal propose un chamboule-tout pour améliorer le niveau des élèves

0
65

Le ministre de l'Education nationale, Gabriel Attal, a récemment pris des mesures importantes pour améliorer les compétences des élèves en français et en mathématiques. Il a demandé à une commission d'experts de proposer une liste de mesures concrètes dans un délai de huit semaines. L'objectif est d'élever le niveau des élèves dans ces matières essentielles.

Par moi, Marie-Christine Corbier.

Le ministre de l'Education nationale s'est engagé à satisfaire les attentes du grand public et à suivre la voie tracée par Emmanuel Macron pour améliorer le niveau des élèves, tout en évitant les critiques des enseignants. Gabriel Attal a annoncé lors d'un discours soigneusement préparé devant 200 personnes, sur l'esplanade de la Bibliothèque nationale de France, à l'occasion de la journée mondiale des enseignants, qu'une "mission" serait consacrée à l'exigence des connaissances fondamentales.

Gabriel Attal a déclaré que « tout est sur la table » et qu'il n'y a « aucun sujet tabou ». Une « mission » sera mise en place, impliquant des professeurs, des recteurs et des inspecteurs, et elle portera sur l'école, le collège et le lycée. Le ministre a précisé que la priorité sera accordée au français et aux mathématiques. Il a fixé un délai de huit semaines pour que cette mission aboutisse. Selon lui, il y a eu suffisamment de rapports et d'avis par le passé pour passer rapidement à l'action. Les premières mesures seront annoncées à la rentrée 2024.

La problématique du collège unique

En août dernier, Gabriel Attal avait déjà fait la promesse d'un "choc des connaissances". Il insiste sur l'"urgence". Au moment de l'entrée en 6e, seulement la moitié des élèves parviennent à trouver la bonne réponse à la question "combien de quarts d'heure y a-t-il dans trois quarts d'heure ?". Un élève sur trois ne sait pas lire correctement. Un quart des candidats au brevet obtiennent moins de 4 sur 20 en mathématiques. En 2018, un élève de 4e avait le même niveau qu'un élève de 5e en 1995. Dans une interview accordée au journal "Le Monde", le ministre a déclaré que nous devons mener une bataille pour améliorer le niveau de notre système scolaire.

Aussi à lire:

ENQUÊTE – Raisons pour lesquelles il y a encore une pénurie d'enseignants dans les écoles, collèges et lycées.

Investigation – Emmanuel Macron's major upheaval in schools.

Ce qui est vraiment nouveau, ce n'est pas tant l'annonce de la "mission", mais plutôt les sujets que Gabriel Attal aborde. Ils permettent une véritable remise en question de tout. En ce qui concerne les programmes, Gabriel Attal déclare : "Si nous devons les réviser, les adapter, les changer, nous le ferons."

Le ministre souhaite également résoudre plusieurs débats en cours. Par exemple, il se demande s'il faut continuer à organiser l'enseignement en cycles ou revenir à un système où chaque année et chaque classe sont séparées. Il se demande également s'il faut garder le principe de classes très diverses, notamment au collège, ou s'il faudrait plutôt réfléchir à une organisation par niveau, comme nous le testons cette année avec la nouvelle classe de 6e.

Certains considèrent déjà que cela remet en question le principe du collège unique. Gabriel Attal rejette cette idée et prend en exemple le projet de collège modulaire proposé par le syndicat Snalc il y a une dizaine d'années. Ce projet visait à diviser les élèves en trois groupes pour deux classes, en particulier pour les élèves en difficulté, avec des rythmes d'apprentissage adaptés. Cependant, cela nécessite des ressources. Jean-Rémi Girard, président du syndicat, explique que donner cours à une classe de 30 élèves dont certains ont de sérieuses difficultés en lecture tandis que d'autres sont en avance sur le programme est une situation complexe.

Gabriel Attal a affirmé que cela nécessiterait des ressources et une planification, mais c'est le prix à payer pour éviter d'aggraver le retard et le rattraper au collège.

La liberté pédagogique des enseignants est également abordée par le ministre. Il souhaite s'inspirer des actions mises en place par Gilles Halbout, recteur de l'académie d'Orléans-Tours, lorsqu'il était en poste à Mayotte. Selon le ministre, l'utilisation d'un manuel unique et labellisé a permis d'obtenir des résultats remarquables en seulement un an.

Cela peut donner une certaine appréhension à Elisabeth Allain-Moreno, secrétaire générale du SE-Unsa. Elle souligne que les enseignants n'ont pas de manuels différents ou d'absence de manuels par caprice, mais pour s'adapter au mieux aux élèves. Gabriel Attal est conscient de la sensibilité du sujet. Dans le même discours, il a également affirmé son attachement à la liberté pédagogique. Les syndicats sont un peu confus à ce sujet.

La secrétaire générale du Sgen-CFDT, Catherine Nave-Bekhti, a remarqué sur le réseau X (anciennement Twitter) que bien que le ministre pose des questions, elles semblent être formulées de manière astucieuse pour finalement revenir aux annonces présidentielles de la fin du mois d'août.

Les syndicats seront les premiers à être consultés par le ministre de l'Éducation nationale concernant les priorités et les actions à mettre en place. Cette décision fait suite aux réactions vives des syndicats suite à l'interview d'Emmanuel Macron au « Point » en août dernier. Le ministre ne souhaite pas entrer en confrontation avec eux et souhaite plutôt favoriser le dialogue social, rappelant les paroles de François Mitterrand. Il est prévu que cette consultation débute dès la semaine prochaine.

« La semaine dernière, il a passé trois heures au comité social d'administration (CSA) ministériel, ce qui prouve qu'il accorde du temps au dialogue social », concède un représentant syndical.

Marie-Christine Corbier

Nos vidéos

Ces séquences satellite qui montrent comment la population du Haut-Karabakh a quitté la région

Un groupe de migrants essaie de rejoindre la frontière entre le Mexique et les États-Unis

Quelles sont les raisons pour lesquelles la Chine a financé le premier train à grande vitesse indonésien ?

Taïwan présente son tout premier sous-marin construit sur l'île

Les articles les plus populaires

Changements concernant le gaz, les aides au logement, le sel dans le pain… à partir du 1er octobre

Un projet visant à replanter des dizaines de milliers de kilomètres de haies

Seul un enseignant sur quatre se porte volontaire pour les nouvelles missions

En couverture

Industrie : qui sont les gagnants et les perdants de l'inflation ?

Les cours de l'or affectés par les banques centrales

Un mur et des expulsions : la politique confuse de Joe Biden sur l'immigration

Société

Réorganisation de l'éducation par Gabriel Attal pour améliorer le niveau des élèves

Les progrès du plan eau en six mois

Les Restos du Coeur sont contraints de refuser des personnes pour la première fois de leur histoire

Informations pratiques

P

L'ensemble

Tous les droits sont réservés par Les Echos jusqu'en 2023.