Gérald Darmanin cherche à séduire LR sur l’immigration : quelles conséquences pour le projet de loi ?

0
47

Gérald Darmanin tente de séduire Les Républicains sur la question de l'immigration. Alors que le projet de loi doit être présenté au Sénat dans moins d'un mois, les manœuvres politiques se multiplient. Le ministre de l'Intérieur fait un geste en direction de la droite et espère recevoir la même attitude en retour.

Par moi-même

Par Grégoire Poussielgue

Gérald Darmanin tente de convaincre la droite dans les quatre semaines précédant l'arrivée du projet de loi sur l'immigration au Sénat. Il est sous pression de la part de la Première ministre, Elisabeth Borne, qui estime que les ministres doivent obtenir des résultats concrets avant de penser à la suite, ainsi que du centre de gravité de la majorité, qui insiste sur l'équilibre du texte et notamment sur le maintien de l'article 3 concernant les métiers en tension. Le ministre de l'Intérieur cherche donc une solution pour avancer dans ce dossier.

Dans une interview accordée au journal "Le Parisien" dimanche, il a été annoncé que le nombre de places dans les centres de rétention serait doublé pour atteindre 3 000 d'ici 2027. Cette mesure était déjà prévue dans la loi de programmation du ministère de l'Intérieur, qui avait été adoptée à la demande d'Eric Ciotti, le président des Républicains.

La réforme de l'aide médicale d'État (AME) a été abordée par Gérald Darmanin, ce qui est une préoccupation commune à la droite et à l'extrême droite. L'idée de transformation de l'AME en une aide médicale d'urgence (AMU) est soutenue par Gérald Darmanin, dans le but de rapprocher les parlementaires LR. Il espère que ces derniers feront de même envers le gouvernement.

Également à prendre en compte:

STATISTIQUES – Elisabeth Borne aborde la question de l'aide médicale d'Etat, le coût estimé à 1,2 milliard en 2024.

La Première ministre a tenu à préciser dimanche depuis Bordeaux que le ministre exprimait une opinion personnelle. Cependant, elle a annoncé le lancement d'une mission sur l'AME, qui sera confiée à Patrick Stefanini, directeur de campagne de Valérie Pécresse en 2022, et Claude Evin, ancien ministre de la Santé du gouvernement Rocard. Un observateur estime déjà que cette mission conclura qu'il est nécessaire de réformer l'AME, mais pas de la supprimer.

Dans le but de convaincre les sénateurs LR, Gérald Darmanin souhaite envoyer des signaux encourageants. Le gouvernement est prêt à réduire l'impact de l'article 3, qui ne concernerait que 7 000 immigrants en situation irrégulière par an, selon une source fiable. L'idée serait de conserver seulement le principe de cet article et de reporter son application à une circulaire. Gérald Darmanin est persuadé qu'un accord peut être trouvé, notamment avec Gérard Larcher, président du Sénat, qui est un grand gaulliste social et qui ne souhaite pas voir les LR adopter les mêmes positions que le Rassemblement national, selon les dires de Gérald Darmanin dans une interview accordée au "Parisien".

Au Sénat, Bruno Retailleau, qui dirige les sénateurs LR, a une position très rigide, mais le ministre de l'Intérieur peut compter sur le soutien du groupe Union centriste, présidé par Hervé Marseille et favorable au maintien de l'article 3. Cependant, aucune majorité ne peut être formée sur ce texte sans les 56 sénateurs de ce groupe. Un sénateur centriste estime que « Les Républicains ne veulent pas entendre parler de cet article 3, mais ils ne veulent pas non plus qu'aucun texte ne soit adopté par le Sénat ». Gérard Larcher, réélu président du Sénat la semaine dernière, a de nouveau souligné l'importance d'un « point d'équilibre » et d'un « pôle de stabilité » au sein de la Chambre Haute.

Un obstacle rencontré sera l'Assemblée nationale, où le projet de loi devrait être présenté au début de l'année prochaine. Gérald Darmanin espère que certains membres du petit groupe Liot s'abstiendront ou voteront en faveur du projet, et que quelques membres des LR dits "constructifs" s'abstiendront également, afin de faire adopter son texte.

Le gouvernement est confronté à la nécessité de trouver un compromis avec LR et Liot, car à la fois la gauche, bien qu'elle soit plus divisée que jamais, et le Rassemblement national, pour des raisons opposées, sont farouchement opposés à ce projet de loi. « En ce qui concerne l'immigration, le gouvernement n'est pas capable d'adopter une position claire et cohérente, et il manque de courage politique. Cependant, c'est une bonne nouvelle pour nous de voir ce texte arriver au Palais-Bourbon juste avant la campagne des élections européennes, car nous savons que les LR finiront par soutenir le gouvernement », se réjouit d'avance un proche de Marine Le Pen.

Elisabeth Borne prend de grands risques avec cette proposition, sachant qu'elle pourrait faire face à une motion de censure et à la chute de son gouvernement si elle utilise l'article 49-3. Gérald Darmanin est également dans une situation délicate, car son influence sera renforcée ou affaiblie en fonction du sort réservé au projet de loi, et il espère jouer un rôle important pour les élections de 2027.

Grégoire Poussielgue est l'auteur de

Quelles sont les clés pour s'adapter dans un environnement complexe ?

Nos vidéos

Pourquoi y a-t-il autant de migrants qui se précipitent à la frontière slovaque ?

Des images satellites qui montrent comment la population du Haut-Karabakh a été évacuée.

Un groupe de migrants tente de rejoindre la frontière entre le Mexique et les États-Unis.

Pourquoi la Chine a-t-elle financé le premier train à grande vitesse indonésien ?

Les articles les plus lus

Quand Elisabeth Borne utilise l'article 49.3.

SONDAGE EXCLUSIF – La popularité de Gabriel Attal se confirme.

Malgré les rivalités, le camp présidentiel reste uni pour les élections européennes.

En première page

Attaque en Israël : le bilan atteint presque 1 500 morts, dont 800 Israéliens.

Gaza : cinq cartes pour comprendre l'histoire de ce petit territoire.

Israël : Netanyahou appelle à la formation d'un gouvernement d'union nationale.

Gouvernement

La tentative de séduction de Gérald Darmanin envers Les Républicains sur la question de l'immigration.

Malgré les rivalités, le camp présidentiel reste uni pour les élections européennes.

Immigration : Darmanin annonce le doublement des places en centre de rétention.

Informations pratiques.

P

Le Collectif

Tous les droits sont protégés – Les Echos en 2023